DIY, Non classé, tricot

Comment bien réussir un modèle en tricot

Bonjour ici,

Si vous me suivez sur Instagram vous savez que je me fais rare en ce moment, la vie file et j’aime en profiter avant de me dire que « j’aurais du », que « j’aurais pu ». Mais j’aime encore écrire ici alors je fais quelque « brèves » apparitions.

Aujourd’hui je viens vous parler réalisations.

Après avoir effectuer plusieurs réalisations de différents créateurs/marques je viens vous donner quelques pistes pour bien réussir un modèle.

La première clé est de lire attentivement. En général je fais trois lectures.

Ces trois lectures m’apprennent toutes des choses :

  • La première m’informe sur la difficulté du patron (parfois d’ailleurs j’abandonne là même si le modèle me plait)
  • Lors de la deuxième je détecte les points ou techniques que je ne connais pas ou ne maîtrise que très peu (je fais alors quelque recherche pour savoir si je saurais faire ou si c’est insurmontable) – je peux abandonner aussi à cette étape !!
  • Pour finir la dernière lecture me sers à identifier les différentes étapes du modèle col, manche, dos… si c’est un top-down à quel moment je sors mes anneaux marqueurs…

La deuxième clé est de faire un échantillon. Pourquoi ?

  • Souvent parce que l’on utilise pas la laine préconisée mais plutôt ce qu’on a en stock ou alors la subliiiime laine sur laquelle on est tombé par hasard qu’on a acheté mais dont on ne sait quoi faire! bref l’échantillon est ici indispensable car la laine n’auras pas forcément la même composition, il s’agira peut-être d’un fil un peu plus fin ou un peu plus gros…
  • Surtout parce qu’on ne sait jamais comment la matière va réagir au lavage. Un échantillon ça se mesure une fois lavé et bloqué. Seulement là on sait si les aiguilles correspondent à ce qu’avait imaginé le designer du patron. Sinon et bien on change sa taille d’aiguille et on refais un échantillon jusqu’à tombé juste – on parle pas au mm près soyons d’accord —

On est Ok sur le fait que réaliser l’échantillon c’est carrément chiant, oui mais c’est tellement bénéfique. Cela permet de se familiariser avec la laine mais aussi avec le point principal de l’ouvrage et s’il est nouveau c’est vraiment pas négligeable. Et surtout ça évite bien des déconvenues au moment du lavage car grâce à lui vous saurez à l’avance comment va réagir la laine

Alors perso je n’en fait que pour les vêtements, pour les accessoires (écharpe, bonnet, châle…) je zappe direct cette étape. Je suis aussi un peu mauvaise élève.

Et la dernière clé est de prendre son temps pour les finitions. 

Parce que l’on peut tout gâcher en faisant une mauvaise couture, en plaçant mal un bouton ou en réalisant mal une fronce. Il est aussi important de consciencieusement rentrer ses fils car après plusieurs lavages l’ouvrage peut se défaire et c’est tellement dommage!

D’ailleurs l’utilisation du joint Russe est plutôt pas mal pour avoir à éviter cette étape un peu fastidieuse (je vous fais un article très vite avec une vidéo)

J’espère que ces petites indications vous aurons éclairez et en attendant de vous lire je vous souhaite de belles réussite pour vos futurs ouvrage!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s